Foire aux questions

Table des matières : Liens rapides

  1. Qu’est-ce que la reprise de l’étude sur le corridor ouest de la RGT et pourquoi est-ce toujours une bonne idée?
  2. Sous quelle autorité le MTO réalise-t-il cette étude d’évaluation environnementale?
  3. Quelles sont les recommandations tirées de la phase 1?
  4. Pourquoi une solution relative aux autoroutes est-elle nécessaire? Pourquoi ne pouvons-nous pas seulement étendre les initiatives de transport en commun et améliorer les autres moyens de transport?
  5. Quelle est la relation entre cette étude, le Plan de croissance de la région élargie du Golden Horseshoe et la Loi de 2005 sur les zones de croissance?
  6. Quel est le processus de l’étude et quelles sont les principales étapes de la phase 2?
  7. Qu’est-ce que l’autoroute 413?
  8. Quels sont les avantages du corridor de transport ouest de la RGT?
  9. Qu’est-ce qui s’est passé depuis la suspension du projet en 2015?
  10. Que comprenait l’étude visant l'établissement du tracé du couloir dans la partie nord-ouest de la RGT?
  11. Pourquoi ma propriété fait-elle maintenant partie d’une « zone d’analyse localisée » alors qu’elle était à l’extérieur de la zone de l’étude sur le tracé du corridor nord-ouest de la RGT?
  12. Qu’en est-il de la nouvelle étude sur le transport d’électricité de la SIERE?
  13. Qu’est-ce que le Plan de transport pour la REGH et en quoi est-il lié à l’étude sur le corridor ouest de la RGT?
  14. À quoi ressemblera le nouveau corridor?
  15. Qu’en est-il de la rue piétons-autobus faisant partie du projet?
  16. Comment ferez-vous pour attirer les camions sur le corridor de transport ouest de la RGT?
  17. Quand les intervenants sauront-ils où sera construit le nouveau corridor de transport multimodal?
  18. Combien d’années seront nécessaires pour la construction du corridor privilégié?
  19. Qu’arrive-t-il si mes terres sont touchées? Comment serai-je indemnisé?
  20. Le corridor de transport ouest de la RGT sera-t-il à péage?
  21. Combien coûtera le corridor de transport ouest de la RGT?
  22. La zone de la phase 2 de l’étude de planification de l’itinéraire comprend des portions de la ceinture de verdure. Le nouveau corridor de transport pourrait-il passer par la ceinture de verdure? Comment le MTO prendra-t-il en charge les impacts dans la ceinture de verdure?

1. Qu’est-ce que la reprise de l’étude sur le corridor ouest de la RGT et pourquoi est-ce toujours une bonne idée?

Le ministère des Transports de l’Ontario entreprend la phase 2 de l’étude d’évaluation environnementale (EE) pour le corridor de transport multimodal ouest dans la RGT. À partir des recommandations de la phase 1, l’étude d’EE permettra d’identifier l’itinéraire, de situer les emplacements des correspondances et de terminer la conception préliminaire d’un nouveau corridor de transport multimodal dans la zone d’étude de planification de l’itinéraire. Le nouveau corridor de transport combiné comprendra : une autoroute de la série 400, une voie réservée aux piétons-autobus et de possibles caractéristiques prioritaires pour la circulation de marchandises. L’étude continue de suivre le Cadre de référence pour l’évaluation environnementale du corridor de transport ouest de la RGT, qui a été approuvé par le ministère de l’Environnement de l’Ontario le 4 mars 2008.

Le corridor de transport multimodal ouest de la RGT constitue une infrastructure de transport essentielle qui contribuera à répondre à la croissance prévue en termes de population et d’emploi identifiée dans le Plan de croissance de la région élargie du Golden Horseshoe, et il permettra de nombreux avantages, notamment les suivants :

  • une meilleure liaison entre les centres de croissance urbains;
  • une amélioration de la circulation des personnes et des marchandises;
  • l’amélioration des trajets quotidiens;
  • une plus grande vitalité économique.

La REGH est un moteur économique pour la province. Il est donc essentiel de répondre aux besoins de transport de cette région pour assurer la compétitivité de notre économie. La nécessité de l’étude sur le corridor ouest de la RGT se fait toujours sentir, et elle est appuyée par les prévisions de croissance de la population et des emplois dans la région élargie du Golden Horseshoe, selon lesquelles il y aura plus de personnes et plus d’emplois d’ici 2041. La création de nouvelles infrastructures de transport permettrait de réduire la congestion routière et d’améliorer la circulation de marchandises dans la région du Grand Toronto. La préservation d’un corridor de transport multimodal soutient les communautés croissantes – il serait judicieux d’effectuer de la planification à long terme pour les zones soumises à une pression liée au développement.

Haut de page


2. Sous quelle autorité le MTO réalise-t-il cette étude d’évaluation environnementale?

L’étude de planification et d’évaluation environnementale du corridor de transport ouest de la RGT est menée comme une EE individuelle conformément à la Loi sur les évaluations environnementales de l’Ontario et au Cadre de référence de l’évaluation environnementale du corridor de transport ouest dans la RGT, qui a été approuvé par le ministère de l'Environnement de l'Ontario le 4 mars 2008.

Haut de page


3. Quelles sont les recommandations tirées de la phase 1?

La Stratégie de développement des transports de la phase 1 a été achevée en novembre 2012. Elle recommande une stratégie de transport multimodal tenant compte de ce qui suit :

  • l’optimisation du réseau de transport existant;
  • l’amélioration des moyens de transport hors route, comme le transport en commun et le transport ferroviaire;
  • l’élargissement des autoroutes existantes;
  • la création d’un nouveau corridor de transport.

Vous trouverez d’autres détails sur les recommandations spécifiques de la Stratégie de développement des transports élaborée lors de la phase 1 dans le Rapport sur la stratégie de développement des transports (PDF 19 Mo), que vous pourrez télécharger dans la section Renseignements généraux.

Même malgré l’optimisation du réseau de transport existant, l’élargissement des autoroutes existantes et les projets d’expansion du transport en commun établis par Metrolinx, il est nécessaire d’accroître la capacité routière.

La phase 2 de cette étude se concentre sur la recommandation d’un nouveau corridor de transport s’étendant de l’autoroute 400 à l’est jusqu’à l’échangeur de l’autoroute express à péage 407 et de l’autoroute 401 à l’ouest, et qui comprendrait une autoroute de la série 400, une rue piétons-autobus et de possibles caractéristiques prioritaires pour la circulation de marchandises.

Haut de page


4. Pourquoi une solution relative aux autoroutes est-elle nécessaire? Pourquoi ne pouvons-nous pas seulement étendre les initiatives de transport en commun et améliorer les autres moyens de transport?

La phase 1 de l’évaluation environnementale (EE) visait à obtenir une vue d’ensemble des besoins de transport dans l’ouest de la région du Grand Toronto (RGT). Dans le cadre de ce processus, l’équipe du projet de la phase 1 a cerné un certain nombre de problèmes et d’occasions d’amélioration liés au transport, et a pris en compte un éventail de solutions de transport multimodal potentielles visant à prendre en charge ces enjeux.

Nos prévisions sur le transport sont basées sur l’hypothèse selon laquelle tous les projets de transport en commun mentionnés dans le Plan de transport régional de Metrolinx : Le Grand Projet (2008) seront mis en œuvre. Même malgré ces améliorations au réseau, nos prévisions indiquent qu’une autoroute dans le corridor de transport ouest de la RGT est nécessaire pour répondre à la hausse de la population et des emplois annoncée dans cette région. Par conséquent, la phase 2 de cette EE se concentre sur l’établissement d’un itinéraire et la conception préliminaire pour un nouveau corridor de transport dans la zone d’étude identifiée.

Le processus de la phase 1 a suivi une approche en deux étapes qui a commencé par une évaluation complète de tous les moyens de transport de remplacement, y compris la prise en charge de la demande en transport, la gestion des systèmes de transport, le transport en commun, le transport ferroviaire de marchandises, le transport intermodal (c.-à-d., le transport de marchandises dans un conteneur ou un véhicule utilisant plusieurs moyens de transport, comme le train, le bateau ou un camion sans que le conducteur n’ait à transférer lui-même la marchandise), le transport aérien, le transport maritime, ainsi que les routes et autoroutes, de manière à évaluer leur capacité à régler les enjeux futurs en matière de transport. De nombreuses solutions de rechange ont été élaborées pour chaque moyen de transport, et ces solutions ont par la suite été combinées pour créer un nouveau réseau multimodal étendu grâce à une approche « modulaire ».

La philosophie de cette approche se fondait d’abord sur l’ajout de solutions de rechange qui optimiseraient le réseau de transport actuel, suivi d’améliorations aux infrastructures hors route (p. ex., transport ferroviaire de marchandises, transport en commun, transport aérien, etc.), et ensuite d’une expansion du réseau d’autoroutes existant. À chaque étape, l’équipe a pris le temps d’évaluer si la solution de rechange pourrait prendre en charge les enjeux de transport. De cette façon, un nouveau corridor d’autoroute a été envisagé seulement une fois que tous les autres moyens de transport et l’expansion du réseau d’autoroutes existant ont été pris en compte et évalués.

Au final, les conclusions de ces travaux ont démontré que, bien qu’il était possible d’optimiser le réseau de transport existant, d’améliorer les moyens de transport hors route et d’étendre le réseau d’autoroutes existant, un nouveau corridor partant de l’autoroute 400 dans la municipalité régionale de York jusqu’aux environs de l’échangeur de l’autoroute express à péage 407 et de l’autoroute 401 dans la municipalité régionale de Halton était tout de même nécessaire pour répondre aux besoins futurs en transport. La nécessité de l’étude sur le corridor ouest de la RGT se fait toujours sentir, et elle est appuyée par les prévisions de croissance de la population et des emplois dans la région élargie du Golden Horseshoe, qui indiquent qu’il y aura plus de personnes et plus d’emplois d’ici 2041.

Haut de page


5. Quelle est la relation entre cette étude, le Plan de croissance de la région élargie du Golden Horseshoe et la Loi de 2005 sur les zones de croissance?

En 2019, le ministère des Affaires municipales a publié « En plein essor : Plan de croissance de la région élargie du Golden Horseshoe » (le Plan de croissance). Ce Plan définit un ensemble de politiques visant à prendre en charge la croissance et le développement, et à orienter les décisions de planification dans la région élargie du Golden Horseshoe. Il a été préparé et approuvé en vertu de la Loi de 2005 sur les zones de croissance, qui exige que les décisions de planification prises par la province, les municipalités et autres autorités soient conformes aux politiques figurant dans le Plan de croissance.

Le corridor de transport ouest de la RGT est mentionné dans le Plan de croissance comme un « futur corridor de transport », et il représente un lien stratégique entre les centres de croissance urbaine dans l’ouest de la région du Grand Toronto. Cette étude a été lancée dans le but de développer encore davantage ce corridor de transport.

Haut de page


6. Quel est le processus de l’étude et quelles sont les principales étapes de la phase 2?

L’étude est réalisée comme une évaluation environnementale individuelle conformément à la Loi sur les évaluations environnementales de l’Ontario et au Cadre de référence de l’évaluation environnementale du corridor de transport ouest dans la RGT, qui a été approuvée par le ministère de l’Environnement de l’Ontario le 4 mars 2008.

Processus général de la phase 2

Des séances de consultation, notamment des centres d’information et des ateliers communautaires, auront lieu tout au long de l’étude afin de permettre aux intervenants intéressés de commenter les solutions de rechange générées, ainsi que l’évaluation des solutions de rechange par l’équipe du projet, l’itinéraire retenu sur le plan technique et la conception préliminaire.

Haut de page


7. Qu’est-ce que l’autoroute 413?

L’équipe du projet du corridor ouest de la RGT est consciente que certains intervenants appellent le corridor de transport ouest de la RGT l’autoroute 413. Or, ce corridor n’a pas de nom officiel à ce jour. Si des intervenants consultent des rapports, des études ou des cartes qui font référence à une autoroute 413, ils devraient se reporter au site Web du projet du corridor ouest de la RGT afin d’obtenir l’information la plus à jour concernant cette étude.

Haut de page


8. Quels sont les avantages du corridor de transport ouest de la RGT?

Le Plan de croissance de la région élargie du Golden Horseshoe de 2006 prévoyait que la population passerait à 11,5 millions d’habitants dans cette région d’ici 2031. Si aucun changement n’est apporté, le temps de navettage moyen augmentera de 27 minutes par jour. Selon la mise à jour de 2017 du Plan de croissance de la région élargie du Golden Horseshoe, cette région devrait atteindre une population de 13,5 millions de personnes et offrir 6,3 millions d’emplois d’ici 2041. La création de nouvelles infrastructures de transport permettrait de réduire la congestion routière et d’améliorer la circulation de marchandises dans la région du Grand Toronto.

Le corridor de transport ouest de la RGT permettra de régler les problèmes de transport et d’exploiter les possibilités d’amélioration, ce qui entraînera d’autres avantages pour les communautés locales et régionales, ainsi que pour le développement économique, puisqu’il :

  • contribuera à répondre aux demandes futures en matière de transport;
    • il permettra de combler plus de 300 000 voyages en voiture par jour en 2031;
    • il réduira la circulation sur les routes locales et les autoroutes parallèles.
  • fournira une rue piétons-autobus désignée comme solution de rechange multimodale;
  • réduira le temps de déplacement pour les navetteurs et les marchandises;
  • assurera un meilleur lien entre les centres de croissance urbaine, grâce aux transports en commun et aux installations des autoroutes;
  • fournira une meilleure desserte des secteurs résidentiels et des pôles d’emploi;
  • répondra aux besoins relatifs à la circulation des marchandises dans l’ouest de la RGT et dans les régions environnantes;
  • permettra une livraison « juste-à-temps » des marchandises (c.-à-d., les fournisseurs contribuent à contrôler les coûts associés aux stocks en fournissant de manière fiable les produits juste avant que le client en ait besoin);
  • assurera une plus grande vitalité économique;
  • fournira un itinéraire de remplacement en cas d’incident ou de fermeture sur les routes locales et régionales.

Haut de page


9. Qu’est-ce qui s’est passé depuis la suspension du projet en 2015?

Décembre 2015 :

  • L’étude sur le corridor ouest de la RGT a été suspendue.
  • Avant la suspension de l’étude, l’équipe du projet du corridor de transport ouest de la RGT avait retenu un itinéraire sur le plan technique, mais elle ne l’avait pas encore présenté au public.

Printemps 2016 :

  • Un comité consultatif indépendant avait pour tâche d’évaluer l’étude sur le corridor ouest de la RGT à la lumière des changements apportés aux politiques gouvernementales depuis 2008 et des nouvelles technologies en matière de transport.

Février 2018 :

  • Le comité consultatif a publié son rapport. Le ministre des Transports a annoncé que la province ne poursuivrait pas l’étude sur le corridor ouest de la RGT.
  • Le ministère des Transports et la Société indépendante d’exploitation du réseau d’électricité (SIERE), avec l’appui du ministère de l’Environnement et de l’Énergie, ont lancé l’étude visant l’établissement du tracé du couloir dans la partie nord-ouest de la RGT dans le but de trouver un corridor qui serait protégé pour répondre aux besoins futurs en matière d’infrastructures (transport et services publics).

Novembre 2018 :

  • Le gouvernement a publié l’Énoncé économique de l'automne 2018 dans lequel il déclare que l’Ontario fait le nécessaire pour reprendre l’étude sur le corridor ouest de la RGT.

Juin 2019 :

  • L’étude sur le corridor ouest de la RGT a repris.
  • Cette étude protégera les terres d’un futur corridor de transport multimodal (à l’exception des services publics).
  • Avec la reprise de l’étude sur le corridor ouest de la RGT, l’étude visant l'établissement du tracé du couloir dans la partie nord-ouest de la RGT sera abandonnée.
  • Le ministère de l’Énergie, du Développement du Nord et des Mines et la Société indépendante d’exploitation du réseau d’électricité ont entrepris une nouvelle étude pour identifier un corridor de transport d’électricité adjacent.

Haut de page


10. Que comprenait l’étude visant l'établissement du tracé du couloir dans la partie nord-ouest de la RGT?

L’étude visant l’établissement du tracé du couloir dans la partie nord-ouest de la RGT (nord-ouest de la RGT) était une étude de planification conjointe visant à trouver des terres qui serviraient à l’établissement d’un corridor d’infrastructures linéaires multifonctionnelles. Cette étude avait pour but de trouver un corridor étroit de terres qui pourraient être protégées à long terme afin de servir à un possible développement d’infrastructures linéaires, tel qu’approuvé par les évaluations environnementales applicables. Avec la reprise de l’étude sur le corridor ouest de la RGT, l’étude sur le tracé du corridor nord-ouest de la RGT ne sera pas poursuivie.

Haut de page


11. Pourquoi ma propriété fait-elle maintenant partie d’une « zone d’analyse localisée » alors qu’elle était à l’extérieur de la zone de l’étude sur le tracé du corridor nord-ouest de la RGT?

L’étude sur le corridor ouest de la RGT reprend à partir de là où elle a été suspendue en décembre 2015, et elle respecte le processus d’évaluation environnementale individuelle ainsi que le Cadre de référence pour l’évaluation environnementale du corridor de transport ouest de la RGT, qui a été approuvé par le ministère de l’Environnement de l’Ontario le 4 mars 2008. Par conséquent, la zone d’analyse localisée (ZAL) de décembre 2015 est reprise pour une courte période, jusqu’à ce que l’équipe du projet mette à jour l’itinéraire et achève son évaluation.

La zone d’analyse localisée de 2015 (ZAL 2015) est une zone englobant les itinéraires de remplacement de la liste courte. Les propriétés situées dans la ZAL 2015 pourraient être directement touchées par le corridor de transport multimodal ouest de la RGT, les utilisations secondaires, ou si des itinéraires de remplacement sont peaufinés. Lors du centre d’information no 2, qui est prévu pour les 19 et 26 septembre et le 3 octobre 2019, l’itinéraire retenu sur le plan technique et une ZAL réduite seront présentés au public.

Haut de page


12. Qu’en est-il de la nouvelle étude sur le transport d’électricité de la SIERE?

Avec la reprise de l’étude sur le corridor ouest de la RGT et l’abandon de l’étude visant l’établissement du tracé du couloir dans la partie nord-ouest de la RGT, le ministère de l’Énergie, du Développement du Nord et des Mines (MENDM) et la Société indépendante d’exploitation du réseau d’électricité (SIERE) lancent une étude pour l’établissement du tracé d’un nouveau corridor de transport d’électricité.

Cette étude a pour objectif de trouver un corridor de terres approprié près du futur corridor de transport ouest de la RGT, qui pourrait être utilisé pour de futures installations de transport d’électricité, si le besoin s’en fait sentir un jour.

Pour de plus amples renseignements sur l’étude visant l'établissement du tracé du couloir dans la partie nord-ouest de la RGT, visitez le : http://www.ieso.ca/Get-Involved/Regional-Planning/GTA-and-Central-Ontario/Northwest-GTA (en anglais).

Haut de page


13. Qu’est-ce que le Plan de transport pour la REGH et en quoi est-il lié à l’étude sur le corridor ouest de la RGT?

Au cours des 22 prochaines années, la population de la région élargie du Golden Horseshoe (REGH) passera à 13,5 millions d’habitants. Il est essentiel d’avoir en place un système de transport fonctionnel, efficace et bien planifié pour garder la population en mouvement et optimiser l’économie de la REGH.

Le ministère des Transports travaille à l’élaboration d’un plan de transport multimodal intégré pour la REGH.  L’objectif est de fournir une vision à long terme du transport dans la REGH (jusqu’à 2051), ainsi qu’un futur réseau de transport multimodal intégré pour favoriser la circulation de la population et des marchandises. Le plan vise à fournir les meilleures options de mobilité pour les gens et les entreprises de la région. Une fois terminé, il orientera les investissements en transport du gouvernement provincial et de Metrolinx, mais aussi les municipalités, et il servira de base pour un partenariat entre le fédéral et les partenaires du secteur privé concernant les priorités de transport de la région. Le Plan de transport pour la REGH inclura le corridor de transport ouest de la RGT.

Haut de page


14. À quoi ressemblera le nouveau corridor?

Le nouveau corridor de transport multimodal devrait être une autoroute de quatre à six voies (sur une emprise de 110 m) avec une rue piétons-autobus séparée adjacente (sur une emprise de 60 m) Des stations pour la rue piétons-autobus seront installées à certains échangeurs.

Haut de page


15. Qu’en est-il de la rue piétons-autobus faisant partie du projet?

La rue piétons-autobus sera conçue comme une emprise (voie) désignée distincte pour les autobus. Les rues piétons-autobus permettent de rendre les systèmes de transport en commun par autobus (et potentiellement, dans l’avenir, des véhicules légers sur rail) plus efficaces, puisque certains itinéraires d’autobus peuvent fonctionner sur des parcours express sans avoir à arrêter aux routes transversales et à la signalisation, ni à se mêler à la circulation générale sur les autoroutes. Des stations seront installées à certains échangeurs où les utilisateurs pourront se stationner ou utiliser les débarcadères. La rue piétons-autobus a été prise en compte lors de l’évaluation des itinéraires pour le nouveau corridor de transport, mais les détails ne seront pas précisés tant que l’on n’aura pas confirmé un itinéraire privilégié après le centre d’information no 2.

Haut de page


16. Comment ferez-vous pour attirer les camions sur le corridor de transport ouest de la RGT?

La phase 1 a soulevé la nécessité d’améliorer la circulation des marchandises (liaisons et fiabilité). Les éléments prioritaires suivants sont pris en compte durant la phase 2 :

  • voies réservées aux camions;
  • voies combinées réservées aux camions et au transport en commun; utilisation par les camions des potentielles voies réservées aux VMO en dehors des heures de pointe;
  • fonctions de systèmes de transport intelligent (STI), comme des panneaux à messages variables et de l’information aux voyageurs en temps réel;
  • voies de changement de vitesse plus longues;
  • meilleure conception pour accommoder les trains routiers;
  • bretelles d’échangeurs réservées aux camions, lorsque le volume de camions le justifie;
  • parcs de stationnement pour camions;
  • installations pour l’application des règlements (postes de pesée et d’inspection), notamment des postes de pesée automatisés.

Haut de page


17. Quand les intervenants sauront-ils où sera construit le nouveau corridor de transport multimodal?

L’itinéraire retenu sur le plan technique pour le nouveau corridor de transport multimodal sera présenté lors de la deuxième ronde de centres d’information, qui est prévu pour les 19 et 26 septembre et le 3 octobre 2019. Bien que la conception préliminaire du corridor demeure nécessaire afin de déterminer les effets spécifiques sur les propriétés, les intervenants auront une bonne idée de l’emplacement du nouveau corridor de transport à ce moment-là. Lors de la troisième ronde de centres d’information, l’équipe du projet présentera la conception préliminaire de l’itinéraire privilégié, qui précisera davantage les propriétés touchées.

Haut de page


18. Combien d’années seront nécessaires pour la construction du corridor privilégié?

L’étude en est actuellement à la phase de planification et de conception préliminaire, c’est-à-dire à une phase précoce du processus global, qui devrait être achevé en 2022. Cette phase de planification et de conception préliminaire prendra fin avec le rapport d’évaluation environnementale (EE), qui sera accessible au public à des fins d’examen. On prévoit remettre le rapport final de l’EE au ministère de l’Environnement, de la Protection de la nature et des Parcs d’ici la fin de 2022.

Après l’examen du rapport, et si l’EE est approuvée, le corridor sera protégé. Par la suite, d’autres travaux d’ingénierie seront nécessaires, comme le géométrage, les tests de conditions du sol, l’établissement des exigences en matière de matériaux de construction, et l’élaboration des détails de conception pour la nouvelle autoroute, les échangeurs, les ponts, etc. Il n’y a actuellement aucun échéancier établi pour ces travaux. Le moment et la durée de la construction de l’autoroute dépendent de nombreux facteurs, notamment de la taille et de la complexité du projet, de la disponibilité des fonds, de la méthode d’approvisionnement et du moment de l’obtention des approbations au point de vue environnement et des permis.

Haut de page


19. Qu’arrive-t-il si mes terres sont touchées? Comment serai-je indemnisé?

Une fois l’approbation obtenue pour l’évaluation environnementale (EE) et l’acquisition des terres, le personnel du MTO prendra contact avec les propriétaires touchés et demandera une réunion afin de commencer les négociations pour acheter les propriétés à l’amiable. Si aucune entente n’est conclue, les propriétés pourront être acquises par expropriation, conformément à la Loi sur l’expropriation. Le processus d’EE est en cours, par conséquent les échéances pour l’acquisition des propriétés demeurent inconnues.

Haut de page


20. Le corridor de transport ouest de la RGT sera-t-il à péage?

Aucune décision n’a été prise pour l’instant. La question de l’utilisation du péage sera probablement abordée plus tard durant cette étude, ou lors d’études ultérieures.

Haut de page


21. Combien coûtera le corridor de transport ouest de la RGT?

Des coûts élevés de construction ont été établis afin de faciliter l’évaluation de la liste courte des itinéraires de remplacement. Des estimations plus précises seront faites une fois que l’itinéraire privilégié aura été confirmé.

Haut de page


22. La zone de la phase 2 de l’étude de planification de l’itinéraire comprend des portions de la ceinture de verdure. Le nouveau corridor de transport pourrait-il passer par la ceinture de verdure? Comment le MTO prendra-t-il en charge les impacts dans la ceinture de verdure?

Le Plan de la ceinture de verdure reconnaît que l’infrastructure est importante au bien-être économique, à la santé de la population et à la qualité de la vie dans le sud de l’Ontario et dans la ceinture de verdure, et que des installations nouvelles ou élargies seront nécessaires à l’avenir pour servir la croissance substantielle prévue dans la région élargie du Golden Horseshoe.

Le Plan autorise donc les infrastructures existantes, élargies ou nouvelles dans la ceinture de verdure, pourvu qu’elles servent la croissance considérable et l’aménagement économique attendus dans le sud de l’Ontario en dehors de la ceinture de verdure en fournissant les liens d’infrastructure appropriés parmi les centres de croissance urbains et entre ces centres et les limites de l’Ontario.

Il est impossible d’éviter que le nouveau corridor ne passe par la ceinture de verdure à certains endroits de la zone de l’étude, puisque les terres de la ceinture de verdure parcourent toute la largeur de la zone, par exemple la vallée de la rivière Humber et la vallée de la rivière Credit.

La zone de l’étude de planification de l’itinéraire prévoit un certain nombre d’itinéraires possibles aux endroits où les principales caractéristiques naturelles pourraient être évitées (c.-à-d., principales vallées et rivières); ainsi, plusieurs solutions de rechange pourront être examinées. Chaque solution a été évaluée en fonction d’un certain nombre de critères politiques et environnementaux afin qu’elle soit conforme au Plan de la ceinture de verdure. L’un des éléments clés pour la sélection d’un itinéraire de remplacement était l’atténuation des impacts sur la ceinture de verdure. Cette étude est également réalisée conformément au cadre de travail des politiques existantes, notamment le Plan de croissance et les initiatives de planification des diverses municipalités incluses dans notre zone d’étude.

L’équipe du projet, en consultation avec le groupe consultatif sur le transport dans la ceinture de verdure (GCTCV), a réalisé une ébauche de ligne directrice pour la planification et la conception du corridor ouest de la RGT dans la ceinture de verdure lors de la phase 1 de l’étude. Cette ligne directrice définit des principes clés de planification et de conception ainsi que des recommandations de mesures d’atténuation pour la construction d’autoroutes et de rues piétons-autobus provinciales nouvelles ou élargies dans les zones de la ceinture de verdure, à l’intérieur de la zone de l’étude du corridor ouest de la RGT. Voici quelques éléments clés :

  • élimination des impacts, dans la mesure du possible;
  • conception qui respecte les communautés;
  • considération des impacts sur l’écologie et la vie sauvage entourant les routes;
  • considération des impacts sur l’agriculture;
  • gestion des eaux pluviales;
  • flexibilité dans la géométrie et la conception des ponts afin de réduire les impacts.

La ligne directrice adopte l’orientation du Plan de la ceinture de verdure, qui encourage le recours à des infrastructures ainsi qu’à des principes de planification, de conception et de construction verts. Les recommandations de la ligne directrice sont prises en compte et mises en œuvre lors de la planification de l’itinéraire et de la conception préliminaire du corridor de transport ouest de la RGT où les impacts sur la ceinture de verdure sont inévitables. Vous pouvez télécharger la ligne directrice à la page des Rapports.

Des organismes comme le ministère des Richesses naturelles et des Forêts, le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales, des autorités de conservation, la Fédération de l’agriculture de l’Ontario et le Conseil de la ceinture de verdure font partie du GCTCV pour la phase 2 de cette étude. L’équipe du projet de corridor ouest de la RGT rencontrera le groupe lors d’étapes importantes afin d’obtenir ses commentaires et de veiller à ce que les questions entourant l’environnement naturel, l’agriculture et les milieux ruraux soient bien traitées au courant de l’étude.

Haut de page